• Un samedi au Printemps

     

    Le ciel s'est obscurci, la plaine disparaît

     

    Dans l'ébène de l'ombre, et ses noires ténèbres.

     

    Et, seule à l'horizon, la lumière paraît.

     

    Dernier éclat solaire, douces lueurs funèbres.

     

     

     

    Languissant glissement, vers des cieux tout nouveaux,

     

    Qui donnera la vie, au second hémisphère.

     

    Mais chez nous, c'est la nuit. Heureusement bientôt,

     

    Notre disque sélène, et son décor mystère,

     

     

     

    Vont rendre notre ciel, sublime et lumineux,

     

    Sous lequel les amants, vont s'aimer en cachette.

     

    Puis vont sortir ce soir, lors, tous les amoureux,

     

    Voulant aller danser, ensemble au bal musette.

     

     

     

    C'est un doux samedi, comme on aime au printemps.

     

    On s'amuse et l'on sort, partout dans la vallée,

     

    Jusqu'au petit matin, jusqu'au soleil levant.

     

    On va joyeusement commencer la journée.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


  • Commentaires

    1
    Hely
    Lundi 3 Décembre à 07:28
    Un bonheur de lecture...merci pour ces instants si agréables et si forts. Poétiquement.
    Veronik (Colline)
      • Lundi 3 Décembre à 09:00

        Bonjour Véronik,

        Heureux de te retrouver sur mon blog et merci pour ta lecture, ton appréciation de ce texte, par un élogieux commentaire que j'apprécie.

        Belle journée.

        Amicalement.

        Gérard.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :