•  

    C'est un matin de Mai frémissant de lumière,

                                        De pluie et de soleil, aussi de chants d'oiseaux,

                                        Clapotis de ruisseaux fontaines et rivière.

                                        Collines en verdure aux lumineux coteaux,

      

    S'offrent ivres de ciel, s'abreuvant de rosée,

                                        Ainsi que champs et prés tout piquetés de fleurs.

                                        O bel enchantement de toute la vallée

                                        Qui s'éveille aux parfums, aux suaves senteurs.

      

    Le vent encore frais vagabonde et frissonne,

                                        Joyeux et frétillant, il fredonne l'Amour

                                        Pour tous les amoureux dans l'ambiance friponne,

                                        De ce temps printanier, des beautés de ce jour.

      

    Les amants allongés sur l'herbe douce et tendre,

                                        Pâmés et languissants, profitent du soleil.

                                        Et, les yeux dans les yeux, heureux sans se                                                     défendre,

                                         S'embrassent amoureux, sous un beau ciel vermeil.

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    Ses yeux pailletés d'or sont de beauté rebelle,

     

    Et sa bouche de rose aux baisers provocants,

     

    Aux lèvres de désirs, sourit et étincelle.

     

    Puis elle a le front haut, lisse et intelligent.

     

     

     

    Ses longs cheveux de jais comme une cascatelle,

     

    Coulent sur ses deux seins aux pointes de diamant.

     

    Son visage a la candeur d'une jouvencelle,

     

    Sa peau douce et laiteuse a l'attrait caressant.

     

     

     

    Un voile transparent frétille comme une aile

     

    Sur son corps languissant à la chair sensuelle,

     

    Aux courbes de sirène, aux charmes ondulants.

     

     

     

    J'en suis vraiment très fier, elle est vraiment très belle,

     

    Et je l'aime d'Amour. Et lorsqu'elle m'appelle,

     

    La serrant dans mes bras, je suis comme un géant.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    L'aube en frissons se lève et chasse la noirceur.

     

    Et la nuit dans sa peur sévapore en silence

     

    En laissant le jour naître, en splendeur et douceur

     

    Au soleil empourpré, majestueux, intense.

     

     

     

    Un voile d'or caresse au lointain l'horizon

     

    Qui, petit à petit recouvre la vallée,

     

    Donnant à la nature un bel aspect profond

     

    de beauté et de fleurs tout ivre de rosée.

     

     

     

    Baignant dans leurs clartés, lacs étangs et ruisseaux

     

    Scintillent au soleil lors, en incandescence.

     

    Bois, champs, prés et forêts, tout ruisselants d'oiseaux

     

    Chantent mélodieux, avec effervescence.

     

     

     

    Maintenant tout s'agite et s'éveille aux senteurs

     

    Apportées par le vent, caressant les collines.

     

    Sur les sentiers fleuris, vont passer des marcheurs,

     

    Randonneurs admirant notre vallée Alpine.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    Je ne songe qu'à toi ma douce chaque soir,

     

    Lorsque descend la nuit et sa voûte étoilée.

     

    Tu manques à mon coeur, à mon corps pleins d'espoir.

     

    Dans mes rêves tu vis et puis dans ma pensée.

     

     

     

    Je me souviens de toi, ton sourire et tes yeux

     

    Quand tu me regardais, tendre et voluptueuse,

     

    Je fondais d'émotion, j'étais très amoureux,

     

    Te prenais dans mes bras, toute pâmée, heureuse.

     

     

     

    A chaque nuit d'Amour on montait jusqu'aux cieux.

     

    Nos gestes de désirs, nos caresses rebelles,

     

    Faisaient prier nos corps et crier leurs aveux.

     

    On était vraiment bien, et tu étais si belle.

     

     

     

    Mais que s'est-il passé ? T'es partie un matin

     

    Pour aller travailler ; Puis je t'ai attendue

     

    Le soir, le lendemain, un mois, six mois, sans fin.

     

    Je ne songe qu'à elle, et l'ai jamais revue.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    C'est un très vieux cimetière
    Depuis des siècles encerclant
    La belle église tout en pierres
    D'un petit village mourant

    Sur ses vieilles pierres tombales
    Noms et dates sont effacés
    Et d'époque médiévale
    Sont pour la plupart brisées

    Les mauvaises herbes ont bouffé
    Ce qui reste de leur histoire
    Comme un jardin abandonné
    Pour une vie de désespoir

    Leurs descendants ont oublié
    Ou sont partis vivre ailleurs
    Pris par la vie, comment penser
    C'est si loin comme le bonheur

    Certainement qu'un de ces jours
    Quelques villageois émigrés
    Reviendront chez eux par Amour
    Car ils n'ont pas pu oublier

    Et, dans leur vieux cimetière
    Referont vivre la mémoire
    Et chanter les vieilles pierres
    De leurs ancêtres méritoires.

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique