•  

    Le jour se lève dans un long frémissement.

                             Le ciel, plein de désirs, se donne à la lumière

                             D'un soleil en éveil, rougeoyant et clément,

                             Qui tout en volupté, caresse l'atmosphère.

     

    Un silence muet éveille les amants,

                             Puis s'enfuit prestement pour rejoindre les Anges.

                             Et la vie en profite au delà des tourments,

                             Faisant vivre ce jour, sous le chant des mésanges.

     

    La nature est joyeuse en ce matin heureux

                             Et qui est embaumé d'une haleine odorante.

                             Et maintenant Phébus brille de tous ses feux,

                             Réchauffant la vallée aux plaines verdoyantes.

     

    Puis le matin avance et le ciel est serein.

                             Il s'admire déjà dans les lacs et rivières.

                             Les routes et sentiers partent vers leur destin.

                             L'horizon montagneux forme une barrière.

     

    Des collines en fleurs s'habillent de rayons.

                             Et les champs de blé mûrs ondulent sous la brise.

                             Alors sur du papier je dessine aux crayons

                             Ce joli paysage et je le poétise.

     

    Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Habillé de désirs, ton regard me caresse.

                             Et ton corps étoilé est scintillant d'Amour.

                             Tes lèvres de rosée on le goût de l'ivresse,

                             Et devant ta beauté mon coeur est un tambour.

     

    Ton gracieux visage est une fleur sauvage,

                             Encadré de cheveux de blé et de soleil.

                             Tes mains de douceurs font sur moi des ravages

                             Qui m'arrachent des cris à nul autre pareil.

     

    Puis tes seins savoureux sont festin à ma bouche

                             Et ta toison d'or cache un trésor convoité,

                             Que je cherche à tâtons quand je t'aime et te touche

                             Dans nos nuits de délire et nos corps enivrés.

     

    Et le rythme infernal de tes hanches violoncelle,

                             Me donne le tempo comme un vrai rock en roll,

                             Une danse d'Amour ondulante et charnelle

                             Jusqu'au moment ultime où l'on prend notre envol.

     

    Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie

     


    votre commentaire
  •  

    Déjà la nuit s'éteint, l'Aube paraît enfin.

                             La clarté de la Lune aux lueurs cristallines,.

                             Baisse d'intensité, s'efface au ciel serein.

                             La nature sourit aux langueurs purpurines.

     

                             Le ciel frémit un peu aux doux baisers du vent

    Puis un parfum léger vagabonde et chantonne

                             Un chant mélodieux, joyeux et odorant.

                              La vallée en éveil scintillante, frissonne.

     

    Tout murmure et tressaille aux écoutes du jour.

                             Le silence divin regagne les abîmes.

                             Un soleil encor tiède aux rayons de velours,

                             Caresse le ciel pur de ses douceurs intimes.

     

    Puis tout s'épanouit sous l'éther transparent.

                             Une belle journée à cet instant s'épanche.

                             La faune et la flore et tout ce qui est vivant,

                             Vont bien en profiter, aujourd'hui c'est Dimanche.

     

    Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    Au chant de ta romance aux mots mystérieux

    Je me pâme d'Amour, mélancolique et tendre,
    Tes caresses d'aurore en mon esprit engendre
    Des rêves de plaisir, des soupirs langoureux.

    Sous ta blonde lumière et l'éclat de tes yeux,
    Je reste sous ton charme et ne peux plus attendre,
    Je te prends dans mes bras et je laisse s'étendre
    Sur la couche en satin, ton beau corps harmonieux.

    Je vois un bleu limpide en tes yeux plein de ciel,
    Et ta peau de parfum douce comme du miel
    Frissonne sous ma main, tout frémissant encore.

    Je pose sur ta bouche en un brûlant baiser,
    Mes lèvres gourmandes, puis ensuite j'explore
    Tes appas généreux avant que de t'aimer.

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    Tout n'était que douceurs en ce matin d'été.

    Des écharpes de brume envahissait l'espace.

    Etant devenu clair comme un rêve oublié,

    Le ciel s'est envolé tel un Ange qui passe.

     

    Le vent chantait l'Amour, caressant les roseaux.

    Une lumière tendre et aux langueurs dorées

    Eclaboussait de joie, étangs, lacs et ruisseaux,

    Qui comme des joyaux, décoraient la vallée.

     

    Puis le moutonnement des collines en fleurs

    Donnait à l'horizon une grande élagance.

    Bois, sous-bois et forêt aux sylvestres odeurs

    Embaumaient la région de leur doux fragrance.

     

    L'air s'est mis à danser dans l'éther en frisson,

    Accompagné d'oiseaux et leur chant mélodique.

    Les gens étaient joyeux car en cette saison,

    Tout est beau, tout est chaud, la vie est onirique.

     

    Gérard  Bollon-Maso 

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique