• Triste Automne

     

    Le ciel, large ruban gris et nimbé de nuages,

     

    Déverse sur l'étang des reflets frissonnants,

     

    Surplombe les hauts monts, comme les paysages

     

    Et qu'inonde la pluie et ses chants frémissants.

     

     

     

    Le cri de l'Aquilon, écorche la nature

     

    De ses lèvres d'Automne, et poursuit son chemin.

     

    Puis la triste lumière, épanche sa voilure,

     

    Recouvrant la vallée aux langueurs du matin.

     

     

     

    Le silence s'endort, enivré de caresses,

     

    Se réveille le soir, lorsque s'enfuit le jour.

     

    Et l'Hiver s'approchant, le ciel a des faiblesses :

     

    Souvent couvert de brume, et qui lui fait la cour.

     

     

     

    Je hais cette saison, malgré quelques merveilles :

     

    La vigne rougissante, et les arbres dorés.

     

    Préférant le Printemps, ses fleurs et ses abeilles,

     

    Les coteaux verdissants, les bois, les champs les prés.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :