•  

    Un beau ciel diffusait quelques lueurs pastelle

     Et un vent de douceur au souffle languissant,

     Caressait ton épaule à la rondeur charnelle,

     Soulevant tes cheveux d'un Amour roucoulant.

     

     Leur beauté scintillait dans la lumière blonde

     D'un soleil matinal déjà majestueux.

     Et dans le beau quartier déjà rempli de monde,

     Toi, tu illuminais de ton charme et tes feux,

     

     Le maintien élégant de ton corps ondulant,

     A la démarche souple, aux courbes sensuelles.

     Je te voyais passer à sept heures sonnant,

     Sourire bienveillant mais le regard rebelle.

     

     J'ai osé t'aborder un matin, plein d'émoi,

     Mon coeur battait tambour et tremblait ma cervelle,

     Car j'étais amoureux, j'avais besoin de toi,

     De t'aimer pour la vie, une vie éternelle.

     

     Le regard adouci comme un jour de Printemps,

     Tu as bien accepté mes timides avances.

     Et ça fait maintenant bientôt plus de trente ans,

     Que l'on s'aime et ce sont comme de vraies vacances.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    En l'espace auroral et son chaste silence,

               Se colore le ciel de reflets rougeoyants.

               Car le soleil se lève à l'horizon qui danse,

               Chassant l'obscurité vers d'autres firmaments.

     

     Bientôt s'illuminant d'une douce lumière,

                 Le ciel devient azur, pur comme au premier jour.

                 Venant du sud souffle une brise légère,

                 Nous apportant douceur et puis parfums d'Amour.

      

    Tout est encor langueur sur toute la vallée

                Et sortant de son rêve et du sombre néant,

                La nature en éveil est bientôt embaumée

                des odeurs de la nuit qui s'enfuit maintenant.

      

    Car de soleil baignée, elle éclate de joie,

                Ca chante et ça gazouille et sonne de partout,

                Les cloches, les oiseaux, même un chien qui aboie,

                C'est l'éveil de la vie, en ce matin très doux.

     

    Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    Tu es là, indécente en ta nudité pure,

                   Transpirante d'Amour, caressante en désirs.

                   Sublime de lumière et douce de nature,

                   Tu te donnes vraiment, avide de plaisirs.

     

     Ta sereine beauté, lors, règne sur ma vie.

                    Et ton corps de déesse est pour moi un trésor.

                    Tes appas langoureux appellent mon envie

                    De te faire l'Amour, toujours et puis encor.

     

                    T'es mon rêve d'Amour, en moi en permanence,

                     Car je suis fier de toi, de ta bouche et tes seins.

                     Et quand tu n'es pas là, je pleure ton absence

                     Et sans arrêt je pense au doux creux de tes reins.

     

      Mais lorsque tu es là, nous sommes pris de folie

                     Et nos corps transportés s'envolent dans le temps

                     Pour un très long combat au-delà de l'envie,

                     Puis retombent mourants, pour revivre éclatants.

     

     

                   Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    A l'horizon l'Aurore et ses lueurs de ciel,

     Etale ses couleurs en écharpes de rose,

     Puis d'éclats purpurins et de reflets de miel.

     C'est comme un Picasso que ce matin expose.

     

     Et un vent caressant comme un baiser d'Amour

     Au chant mélodieux et aux senteurs fleuries,

     Vagabonde joyeux, passe dire bonjour.

     Soumise à la clarté la vallée endormie,

     

     Eprise de soleil aux rayons frémissants,

     S'éveille lentement, de lumière incendiée.

     Souriante aux oiseaux, aux troupeaux dans les champs,

     Puis aux cloches sonnant, aux collines boisées,

     

     A l'Amour, à la vie, à ce matin naissant,

     Au soleil de l'infini qui s'évade de l'ombre,

     Ondulant sous l'azur d'un ciel resplendissant.

     Un matin prometteur, chassant nos idées sombres.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    Aux nuits chaudes d'été, lorsque le jour s'enfuit,

     Quand le sexe s'éveille au lever de la Lune,

     A l'heure de l'Amour et de ses folles nuits,

     Les amants se retrouvent, chacun sa chacune.

     

     Dans les frissons sacrés de leurs corps lutinant,

     Succombant à leurs mains et leurs lèvres voraces,

     A leurs luttes d'Amour aux gestes suppliants

     Où leurs dents de désirs, alors laissent des traces,

     

     Leurs corps, ivres de feu se donnent à l'envi.

     S'élèvent vers les cieux d'un élan extatique,

     Leurs yeux zébrés d'envies au regard perverti,

     Se croisent, s'échangent des mots durs et lubriques.

     

     Au lever du soleil et tout endoloris,

     Tout habillés d'Amour et de folles pensées,

     Se projettent déjà dans leurs prochaines nuits

     Et leurs ébats futurs sous la voûte étoilée.

     

     Gérard Bolllon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire