•  

    Le soleil se mourait tout au bout de la Terre.

     La nuit ressuscitait sortant de l'infini.

     La Lune s'allumait dans sa pâleur première.

     Puis le ciel s'étoilait pour un nouveau défi.

     

     Ebloui par les cieux au décor fantastique,

     J'écoutais le vent frais et son chant parfumé.

     Et lorsqu' il est tombé dans un souffle asthmatique ,

     Le silence a jailli comme un corps exhumé.

     

     Enveloppé d'ébène et d'odeurs bucoliques,

     La nature s'endormait en rêve enchanteur.

     Et la faune et la flore au sommeil poétique,

     Qui lors de leur éveil seront comme enjôleur.

     

     Au soleil de Minuit, les amants s'éclataient.

     Leurs gestes haletants et leurs corps volcaniques,

     Se mêlaient en dansant et et leurs baisers claquaient.

     Au matin lumineux, tout était magnifique.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    C'est un petit village au fond d'une vallée

     Verdoyante et fleurie ; caressé de vent,

     Embaumant de ses senteurs ses rues et maisonnée.

     Au lever du soleil, timide et rougissant,

     

     Qui semble l'embraser tels le ciel et l'espace.

     Une fontaine en pierre aux éternels sanglots,

     Occupe en majesté le centre de la place,

     Où un bal est donné l'été quand il fait beau.

     

     Un petit bois le borde où passe une rivière

     Dont la douce musique est un enchantement.

     Puis ses flots apaisants reflète la lumière.

     Les pêcheurs sont nombreux dès le ciel éclatant.

     

     Le paysage environnant est magnifique.

     Car les monts et les vaux ondoient sous le ciel bleu,

     Les prés, champs et vergers font un tableau magique.

     Un petit coin de France, un coin béni des dieux.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    Tu es mon vent du large, et ma brise marine

                                           Rafraîchissant mon âme, et mon corps, mon esprit.

                                           Chargée en tout parfums, frissonnant ma narine,

                                           Tu éveilles mes sens, chaque jour à l'envi.

     

    Une fièvre d'Amour m'échauffe et m'envahit.

                                            A ma pensée de toi, ta beauté me butine.

                                            Mes rêves s'envolent, te rejoignent la nuit.

                                            Je t'attends dans ma vie et mon cœur tambourine.

     

    Où es tu ? Je ne sais, mais l'odeur de ton corps

                                            Ancrée en ma mémoire au-delà de la mort,

                                            M'accompagne toujours, c'est comme un peu de toi.

     

     Tu es mon étoile, et qu'en mes rêves je suis

                                             Tu brilles tant d'Amour, telle Phébé qui luit.

                                             Quand tu es avec moi, alors, je suis un Roi.

      

    Gérard Bollon Maso

                                          Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    3 commentaires
  •  

    C'est un soir de splendeur, comme un soir de Printemps,

     Avec son ciel d'ébène et son tapis d'étoiles

     Et ses belles lueurs tombant du firmament,

     Ses parfums langoureux qui flottent comme un voile,

     

     Provenant des jardins et prairies endormis,

     Aux effluves discrets comme un tendre vertige.

     Mais j'entends soudain comme un long bruit qui frémit

     Et qui caresse l'air tel un son qui voltige.

     

     Peut-être une fontaine ou un ruisseau pleureur,

     Ou encore le vent qui siffle une ballade,

     Ou un chagrin d'Amour qui fait battre le coeur,

     Sous un beau clair de Lune et qui déjà parade.

     

     C'est un air de tendresse et je me laisse aller,

     Je me laisse bercer par cette mélodie.

     Alors, je pense à toi qui me fait tant rêver.

     En ce soir de splendeur, de te voir j'ai envie.

     

     Gérard Bollon-Maso

     Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    Plus belle que le jour aux doux parfums de fleurs

     Et deux beaux yeux ambrés et blonde chevelure,

     Encadrant un visage aux traits fins de splendeur.

     Des lèvres prometteuses " Ô douce créature "

     

     Qui donne des baisers tendres et savoureux.

     Corps haletant d'Amour à l'heure sensuelle.

     Et des seins envoûtants, fermes et langoureux.

     Puis les bras grands ouverts quand le désir l'appelle.

     

     Tu me manques beaucoup, alors rejoins moi vite

     Et abandonne toi puis ferme tes beaux yeux.

     Mon petit brin d'Amour, pour toi mon sang palpite

     Bientôt on s'aimera jusqu'à l'éveil des cieux,

      

    Ton merveilleux sourire éclairera mon coeur

    Et ton regard câlin caressera mon âme.

    Nos corps se serreront d'Amour et de bonheur,

    Aussi je bénirai tant ta beauté de femme.

     

    Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire