•  

    Une brume gris-mauve en ce matin nouveau

     

    S'étendait sur la plaine en de longues écharpes ;

     

    La rivière tout près, pleurait comme une harpe,

     

    La forêt gazouillait de ses doux chants d'oiseaux.

     

     

     

    Le soleil encor pâle, éclaboussait les eaux

     

    Du lac immense et bleu, où de nombreuses carpes

     

    Sautaient et frétillaient bien au-delà des barques

     

    En se moquant de loin des pêcheurs matinaux.

     

     

     

    Sur la colline au loin soudain ensoleillée,

     

    La flore s'étirait s'ouvrant à la rosée,

     

    Le vent en profitait, se chargeant de parfums.

     

     

     

    Dès l'Aurore levés, marchant sur les chemins,

     

    Admirant la nature et toute sa beauté,

     

    Nous profitions heureux de ces beaux jours d'été.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     

    Merci pour votre lecture et votre intérêt pour ma poésie.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le ciel sombre et funèbre, étoile le regard,
    Et le chant des anges parfume notre rêve
    Puis nos gestes d’Amour qui ruissellent sans trêve
    Nous enivrent d’effluves et d'un doux nectar.

    Et nos baisers d’Amour langoureux et frivoles
    Harcèlent notre corps offert et languissant,
    Alors, dans la beauté de ce jour finissant
    Tu m’offres tes beaux yeux et leur éclat convole.

    Tu dévoiles ton sein bien plus beau qu'une offrande,
    Et je passe ma main dans tes cheveux défaits,
    Dépose un doux baiser sur ta peau blanc de lait
    Et au bon goût de miel, à la douceur friande.

    Nos corps dans leur mouvance halètent, se lamentent,
    S’appelant en fureur et grande passion,
    Charnelle, réclamant la brûlante fusion,
    Pour bientôt se mêler dans une étreinte ardente.


    Gérard Bollon-Maso

    Merci pour votre lecture et votre intérêt pour ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    La terre se teinte des flammes du soleil

                                           Et chante au doux éveil de ce matin nouveau,

                                           Illuminant le ciel de sa clarté vermeil,

                                           Ivresse de l'éther, de la terre et des eaux,

     

    Accompagnés des fleurs qui s'ouvrent Oh merveille,

                                            Des arbres de parfums, embaumant les jardins

                                            Et des ruisseaux chantants, bourdonnements                                                       D'abeille,

                                            Oiseaux mélodieux, mugissements bovins,

      

    Montagnes crénelées aux lumières d'écume

                                           Et forêts de sapins escaladant leurs flancs.

                                           Etangs, lacs tranquilles, enveloppés de brume,

                                           Plaines, champs et prairies caressés par le vent,

     

    Vallées verdoyantes aux coteaux languissants,

                                            Villages et hameaux dans écrins de verdure,

                                            Hommes, femmes, enfants, s'éveillent en baillant.

                                            En ce matin naissant, si belle est la nature.

     

    Gérard Bollon Maso

    Merci pour votre lecture et votre intérêt pour ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    Tu es là belle et nue et le sourire coquin,

     Dans ton désir d'Amour, tu vibres sensuelle

     Et ton corps amoureux, dont la chair m'interpelle

     Attendant la douceur, le doigté de ma main.

      

    D'un geste gracieux, et puis tendre et mutin,

     Me fixant de tes yeux de beauté irréelle,

     D'un beau vert infini aux lueurs d'étincelles,

     Un doux regard d'Amour et à l'éclat divin.

      

    Et tes cheveux bouclés, baignés d'éclats de lune,

     Aux caresses du soir, à la douce nuit brune,

     M'effleurent le visage à mon premier baiser.

      

    Tu me prends dans tes bras offerts et suppliants,

     Puis je sens ton haleine au parfum meurtrier,

     Nos corps ne font plus qu'un en nos coeurs palpitants.

      

    Gérard Bollon-Maso

     Merci pour votre lecture et votre intérêt pour ma poésie.



     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ce matin orageux, sur la terre en sommeil,

     

    La pluie a déversé toute son eau perlée.

     

    Mais le levant cuivré, d'une étreinte embrasée,

     

    A séché la nature, en ses rayons vermeil.

     

     

     

    Une paresse rampe et croit dans le silence.

     

    La journée va baigner dans la langueur du ciel.

     

    Des parfums s'exhalent en effluves de miel.

     

    Dans la splendeur bleutée, à l'horizon immense.

     

     

     

    Puis, les champs de blé mûrs, ondulent leur blondeur,

     

    Un farouche soleil, brûle les prés et plaines .

     

    Un troupeau repose sous les arbres, en peine.

     

    Ce juillet a pris feu, délestant son ardeur.

     

     

     

    Un ruisseau s'assèche, pleurant ses derniers flots

     

    Et les saules pleureurs alors, n'ont plus de larmes.

     

    Le torrent assagi, ne fait plus de vacarme,

     

    Les fontaines vides, lors, n'ont plus de sanglots.

     

     

     

    Chacun est démuni, cherchant partout de l'eau,

     

    Villes et villages, croulent comptant les heures,

     

    Et tout le monde est mou, et fond comme du beurre.

     

    Que le soir vienne vite et que soit le repos.

     

     

    Gérard Bollon 

     

    Merci pour votre lecture et votre intérêt pour ma poésie.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires