•  

    Elle est beauté, clarté, chaleur et élégance.

     

    Elle aime se mirer, le matin au lever,

     

    Les cheveux broussailleux, chemise en transparence,

     

    Et ses beaux yeux verts clairs, lumineux, étoilés,

     

     

     

    Me regardent, coquins, et tout pleins de tendresse.

     

    Elle m'offre un baiser, ses lèvres sont douceur.

     

    Et elle sent l'Amour, de notre nuit d'ivresse.

     

    Alors, tout contre moi, j'entends battre son cœur.

     

     

     

    Et lorsqu'en mouvement, charmante et désirable,

     

    Son corps semble flotter, tout prêt à s'envoler.

     

    J'admire avec Amour, la jambe interminable

     

    Et le fessier d'airain, qui me font tant rêver.

     

     

     

    J'aime me griser d'elle, et me perdre d'Amour,

     

    Dans le fond de son corps et ses vallées sacrées.

     

    M'exalter de sa chair, aux douceurs de velours,

     

    Et mourir pantelant, aux caresses osées.

     

     

     

    Ses gestes sont charnels, m'arrachant des soupirs.

     

    Son sourire rayonne et m'éblouit toujours.

     

    J'aime son regard doux, reflétant les plaisirs,

     

    Je l'Aime ma Princesse, un peu plus chaque jour.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Palpite dans la nuit un doux silence obscur,

     

    Murmures et frissons, s'élèvent doucement.

     

    Le ciel ivre de Lune et d'un soleil futur,

     

    Rêve d'une lumière aux éclats flamboyants.

     

     

     

    Les étoiles en éveil, clignotent frénétiques

     

    Tels de petits lampions, de métal argenté.

     

    Puis le vent embaumé, de doux parfums lubriques,

     

    Danse, majestueux, joyeux et effronté,

     

     

     

    Soufflant dans le vallon. Derrière les croisées,

     

    Des lueurs tamisées, éclairent des corps blancs,

     

    Qui s'offrent et se donnent, oubliant leurs pensées

     

    Dans des élans charnels, et des gestes rampants.

     

     

     

    Au soleil de minuit, tous les anges leur chantent

     

    Des mélodies d'Amour, pour leurs rêves bercer,

     

    Et qui au petit matin, et à l'heure éclatante,

     

    Ils soient heureux et fiers de s'être tant aimés.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

    Un crépuscule lent, traînait à l'horizon.

     

    La Lune apparaissait, encor toute timide.

     

    L'astre rouge mourrait, tout fier de ses rayons.

     

    L'air était tiède et doux, le ciel sombre et limpide.

     

     

     

    Puis l'âme de la nuit, épanchait ses lueurs.

     

    Les étoiles d'argent, clignotaient, scintillantes.

     

    Les cieux dans leur beauté, étalaient leurs splendeurs.

     

    Un silence tombait des profondeurs latentes.

     

     

     

    Les beaux rêves d'Amour endormis, s'éveillaient,

     

    Et la nature enfin, d'ébène enveloppée,

     

                               Maintenant au repos, d'un grand soleil rêvait.

     

    Des anges musiciens, jouaient leur mélopée.

     

     

     

    Nous on faisait l'Amour, très heureux de s'aimer.

     

    On était en été, nous étions en vacances.

     

    Nous profitions du temps et de la liberté,

     

    De ces lieux merveilleux, sous le ciel de Provence.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire
  •  

                             Ta jupe volète, indécente,

                                                     Sous un Eole bien coquin,

                                                     Libérant tes jambes émouvantes.

                                                     Ta chair est belle quand elle chante,

                                                     Caressée par un soleil mutin.

      

    Et ton corsage transparent

                                                        Laisse deviner et qui saillent

                                                        Deux beaux seins fermes et blancs

                                                         Aux pointes dures de corail.

       

    Une saute de brise forte,

                                                        Me laisse bientôt entrevoir

                                                        Des trésors en quelque sorte

                                                        Et sûrement très beau à voir.

      

    Mon imagination s'éveille

                                                        Comme dans mes plus beaux rêves

                                                        Tu es avec moi au soleil

                                                        Charmante et nue sur une grève.

      

    Un éclair flambe tes beaux yeux

                                                        Les faisant passer du vert à l'or.

                                                        Un éclair flambe tes cheveux,

                                                        Qui tombent en cascade d'or.

      

    Le vent s'est apaisé, le soleil caché.

                                                       Tu m'apparais belle et naturelle.

                                                       Tu es celle que je veux aimer

                                                       D' un Amour tendre et éternel.

     

    Gérard Bollon Maso

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Au silence du soir, passe un frémissement.

     

    C'est le vent, qui, léger, se lève et vagabonde,

     

    Profitant de la nuit, pour chanter doucement,

     

    En traversant les bois, sous une Lune blonde.

     

     

     

    Puis, tout en volupté, caresse le vallon,

     

    Et les champs, et les prés, prenant à son passage

     

    Tous les parfums des fleurs, les odeurs des saisons,

     

    Embaumant au matin, villes, bourgs, villages.

     

     

     

    Mais sentant la fatigue, il se met au repos

     

    Pour peut être plus tard, souffler fort en tempête,

     

    Quand la fureur des cieux, allume ses flambeaux

     

    Et gronde, il est alors, invité à la fête.

     

     

     

    Mais la plupart du temps, surtout aux beaux jours,

     

    Il est toujours joyeux, flânant dans la nature.

     

    Malicieux et coquin, fait voler par Amour,

     

    des filles leurs jupons, leur belle chevelure.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires