• Par un matin d'été

     

    Par un matin d'été, à l'Aurore sereine,

     

    Le soleil s'éveillait, faisant naître le jour

     

    Qui flamboyait déjà, dans la lumière reine.

     

    C'était le feu du ciel, et ses reflets d'Amour.

     

     

     

    Et déjà les coteaux, sur la plaine ondoyante,

     

    Scintillaient de rosée, en perles baignées d'or.

     

    La forêt s'étendait, au lointain verdoyante,

     

    Donnant à la vallée, un somptueux décor.

     

     

     

    O ! Nature en beauté, matinale et céleste.

     

    On entendait le vent, siffler joyeusement,

     

    Epancher ses parfums, dans la campagne agreste

     

    Et ses vergers en fruits, à l'effluve odorant.

     

     

     

    Les épis de blé mûrs, ondulaient sous la brise,

     

    Prêts à être fauchés, dans les tous prochains jours.

     

    On aurait dit la mer, que le soleil irise,

     

    En ses vagues dorées, roulant dans un bruit sourd.

     

     

     

    Un ruisseau chantonnait, tout en douce harmonie,

     

    Caressant en passant, les roseaux, les cailloux.

     

    Les oiseaux gazouillaient, joyeuse mélodie.

     

    Tout était merveilleux, en ce matin si doux.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :