• Oeuvre immortelle

    Le jour attendait en de longs moments d'angoisse,

     

    Qu'arrive la nuit noire et le silence nu.

     

    Le pénitent sortait déjà de sa paroisse,

     

    Rentrant vite chez lui, encore tout ému.

     

     

     

    Elle venait bientôt, ruisselante de rêve.

     

    Et la Lune argentait, un étang endormi.

     

    Puis le vent se levait et accourait sans trêve,

     

    Embaumé de mystère et de souffle attiédi,

     

     

     

    Venant des près fleuris de fraîches marjolaines.

     

    Or, le ciel était sombre, et l'horizon fermé.

     

    Et puis on entendait, le sanglot des fontaines,

     

    Le doux chant d'un ruisseau, d'un oiseau enchanté.

     

     

     

    Aux nocturnes fraîcheurs, frissons d'éternité,

     

    Les étoiles brillaient, de lumière éternelle,

     

    Formant constellations, admirable beauté,

     

    De ce grand univers ; C'est une œuvre immortelle.

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :