• Nuit tombante

     

    Phébus s'attarde encore aux sommets rougissants,

     Avant de succomber tout au bout de la Terre.

     Puis la nuit se présente à l'appel du néant.

     Une Lune éclatante éclaire l'atmosphère

     

     Un silence surgit des gouffres abyssaux,

     Faisant mourir les bruits des hommes et des villes.

     On entend que le chant des arbres, des ruisseaux,

     Des fontaines en pleurs et d'un vent bien tranquille.

     

     La nuit sombre déjà dans un sommeil profond

     Et l'air s'est rafraîchit. Puis les senteurs nocturnes

     S'élèvent des forêts, des prés, des champs, des monts,

     Exhalant leurs parfums jusqu'aux cieux taciturnes.

     

     Les maisons du village ont fermé leurs grands yeux.

     Les gens ont déserté les places et les rues.

     Certains dorment déjà, d'autres prient le bon dieu.

     Les amants font l'Amour sous la Lune ingénue.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :