• Nuit en douceur

     

    Le soir crépusculaire, étend ses profondeurs.

     

    Arrive la nuit noire et ses ombres languides.

     

    Le silence s'invite, et toutes les douceurs

     

    D'une brise sereine, et tiède, et translucide.

     

     

     

    Bientôt, tout se confond, sur les chemins obscurs.

     

    La Lune s'est cachée, aux voiles des nuages.

     

    Puis, les cieux libérés, sont redevenus purs,

     

    De nouveau étoilés, comme pour les rois-mages.

     

     

     

    Une fraîcheur venant des ruisseaux, des étangs,

     

    A envahi l'éther, et toute la vallée.

     

    Les villages dormants, frissonnent d'autant.

     

    Phébé, libre à l'instant, de sa pâleur nacrée,

     

     

     

    Lors, habille la nuit, d'un voile de lueurs,

     

    Caressant la nature, avec parcimonie.

     

    Le matin auroral, se lève avec pudeurs.

     

    Les pourpres du levant, étalent leur magie.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :