• Matin en fête

     

    L'Aube encore embrumée, exhalait son linceul,

     Attendant patiemment que le soleil surgisse.

     Et il est sorti bientôt, majestueux et seul,

     Avant de saluer la Lune sa complice.

     

     Puis, le jour apparut aux rougeoyants rayons

     Dans la courbe du ciel, à l'heure du prélude.

     S'exhalant lentement comme de tendres frissons,

     L'horizon frémissait au bout de l'interlude.

     

     Surgissant du silence et de ses profondeurs

     Une flèche d'oiseaux, rayaient le ciel limpide.

     De leur vol rapide, il quittaient les froideurs,

     Destination nouvelle, accueillante et splendide.

     

     Les collines au loin, bombaient leurs dos boisés,

     Se dorant au soleil, réchauffant leur verdure.

     Les plaines et les champs, les sous-bois et les prés,

     Caressés par le vent, épanchaient leur murmure.

     

     La vallée exultait en ce matin nouveau,

     Car tout était joyeux, d'une beauté sereine.

     Tous les clochers sonnaient et dans tous les hameaux,

     On fêtait le soleil et la Lune sa Reine.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :