• Le désir est si fort

     

    Ce jour, comme toujours, je n'ai d'yeux que pour toi.

     

    Si belle, tu m'es chère, O huitième merveille.

     

    Et nue contre moi, mon corps est en émoi,

     

    Tu me prends dans tes bras, et comme la veille,

     

     

     

    Ton corps devient brûlant, offert à mes désirs.

     

    Tes seins déjà durcis, haletante et soumise.

     

    Ta bouche sensuelle, aux baisers de plaisirs,

     

    Laisse une belle empreinte, au beau rouge cerise.

     

     

     

    Puis, longuement soudés, tu gémis de bonheur,

     

    Tes cheveux secoués, balayent ton visage.

     

    Et tu poses tes dents, sur ma peau en sueur,

     

    Pour étouffer tes cris, devenant babillage.

     

     

     

    Puis soudain, nous mourrons, pâmés et pantelants,

     

    Reprenant notre souffle, et reprenant vie.

     

    Le désir est si fort, que nos corps lentement,

     

    Se caressent d'Amour, ayant encore envie.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

    vv  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :