• Hiver glacé

     

    Dans le jour qui se lève, hulule un vent glacé.

     

    Lors, on courbe le dos, sous la forte rafale.

     

    Le soleil, un peu tard, devrait nous réchauffer,

     

    Mais la neige bientôt, tombe drue et brutale.

     

     

     

    Quelques rares passants, courent vers leurs logis

     

    Pour échapper au froid, qui dur, les pénètre.

     

    Tout est blanc et gelé, tout le monde est transis.

     

    Chez moi, une chaleur douce envahit mon être.

     

     

     

    O douceur du foyer, devant l'âtre allumé.

     

    Je pense aux malheureux, qui sont dans la souffrance,

     

    Qui traîne leur misère et leur corps mal soigné,

     

    Couchants sous les ponts, on besoin d'endurance.

     

     

     

    Seuls les plus résistants, solides et costauds,

     

    Reverront le printemps, pleurant leurs camarades,

     

    Qui sont montés au ciel, rejoindre Dieu trop tôt.

     

    Mais ils n'auront plus faim, ne seront plus malades.

     

     

     

     

     

    Gérard Bollon-Maso

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :