•  

    Le ciel sombre s'endort dans sa métamorphose,

     S'éteint dans son désert, d'étoiles parsemé.

     Puis jetant à la Lune un long voile embrumé,

     Il lui donne, diaphane, un petit air morose.

     

     Dans un sommeil spectral, la terre se repose.

     Et toute la nature a caché ses beautés.

     La flore s'est fermée aux jardins enchantés,

     Pour mieux s'épanouir à l'Aube claire et rose.

      

    Le village endormi, masse noire, immobile,

    Dans la douceur nocturne, attend calme et tranquille

    Le jour ensoleillé pour revivre et chanter.

     

    Puis le ciel resplendit quand revient la lumière

    Dans sa beauté d'Aurore et son soleil léger,

    Illuminant l'éther, pour la journée entière.

     

    Gérard Bollon-Maso

     Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    Ta peau me réclame en cette nuit de douceurs
    Lorsque s’émoustillent nos envies de tendresse,
    Alors que nos moiteurs se lient dans leur ivresse
    Coulant de la fusion de nos corps en sueurs.

    Le rêve s'accomplit aux cris de nos odeurs,
    Et dont le chant hurlant s'exhale en nos caresses,
    Qui se prolongent au-delà de nos promesses,
    Et qui vont s'endormir, à l’aurore en langueurs.

    De nos yeux qui s’ouvrent à la douce lumière,
    Se croisent complices d’Amour et de mystère,
    Nos pensées se dansent et bouillonnent encor,

    En faisant se toucher notre bouche affamée,
    De nos langoureux baisers donnés à nos corps,
    En cette nuit d'Amour de folie et osée.


    Gérard Bollon-Maso

     

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     


    votre commentaire
  •  

    Dans la pourpre du soir au couchant langoureux,

     Monte un parfum de miel, de fraise et de framboise,

     Les tout derniers rayons sur les toits en ardoise

     Reflètent nonchalants leurs éclats somptueux.

     

     Puis le spectre lunaire en montant dans les cieux

     Comme un ballon lâché s'illumine et pavoise

     Et toutes les maisons une à une se toise,

     S'allume dans le soir comme brillent des yeux.

     

     Le temps va s'endormir, laissant aux rêves place,

     Et celui des amants et leur Amour fugace.

     Au silence des dieux, les anges vont veiller.

     

     Puis s'écoule la nuit, douce et harmonieuse,

     Aux frissons du matin, l'aube va s'éveiller

     Au soleil, habillée aux couleurs radieuses.

     

     Gérard Bollon-Maso

     Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Au milieu de la nuit, dans un rêve enchanté,

     Un doux rayon d'Amour baise ton sein d'ivoire

     Offrant à mon regard sa charnelle beauté,

     Image idyllique dans une belle histoire.

     

     Et la lune complice en haut de son perchoir,

     Jetant des éclats d'or aux lueurs tamisées

     Par la brume légère, aux vapeurs d'encensoir,

     En caressant ton corps de douceurs mordorées.

     

     Caresses et Amour, baisers, frissons, délice

     Puis odeurs parfumées, saveurs de ton calice,

     Nos yeux, bouches et mains, se cherchent et se trouvent,

     

    Dans un élan désirs, de plaisirs qui soupire,

     Ivresse de nos sens, et volupté qui couvent

     Si belle pour l'Amour dans un rêve en délire.

     

     érard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire
  •  

    Un soleil rougeoyant incendiait la vallée.

     Et une haleine tiède épanchait sa douceur,

     Ainsi que des parfums de miel et d'azalée.

     Le ciel était d'azur et la nature en fleur.

     

     Dans l'air doux frémissant, glissaient des hirondelles.

     Et tout l'éther était de lumière et de vent

     Aux couleurs empourprées dignes d'une aquarelle,

     Comme une oeuvre céleste au goût du firmament.

     

     On entendait déjà au penchant des collines

     Les clochers médiévaux, les cloches des troupeaux,

     Crever le long silence et les nuits libertines

     Des amoureux cachés aux granges des hameaux.

     

     Un ruisseau se joignait au doux chant des fontaines,

     Leur union mélodique enchantait le jardin.

     Assis sur notre banc en cette heure sereine,

     Nous profitions chacun de ce joli matin.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique