• A l'horizon grandiose

     

    Quand le couchant pourpré dans son apothéose

     Caresse tes cheveux, y sème ses reflets,

     Une Lune enchantée en son naissant ballet

     Lance ses doux rayons à l'horizon grandiose.

     

     Ton corps tout imprégné de lumière repose,

     Emettant des parfums aux effluves discrets.

     Je murmure des mots bien plus bleus qu'un bleuet,

     Et sur ton sein charmant, ma main hésitante, ose.

     

     Puis tes lèvres s'offrent à mes tendres baisers

     Alors ton corps se pâme, offert, abandonné.

     Ton fruit de paradis, ressemble à une rose.

     

     Et puis ta main mutine effeuille mes désirs,

     Dans ton souffle haletant, j'entends tes mots gémir.

     La Lune au teint d'ivoire en sa beauté s'expose.

     

     Gérard Bollon-Maso

    Merci de me lire et d'apprécier ma poésie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :